La Nuit du Mérite sportif fribourgeois 2020-21

Entouré de ses proches, le hockeyeur Killian Mottet est devenu mercredi le 51e lauréat du Mérite sportif fribourgeois.

«J’aimerais remercier ma copine, qui me supporte tous les jours à la maison et Dieu sait si je ne suis pas un homme facile à vivre. Remercier aussi mes parents, mon frère, sa femme, leurs enfants, mes oncles, mes tantes et ma belle famille, qui sont tous là. On va fêter cela ensemble comme il faut!»

La soirée avait pris un peu d’avance et il n’était «que» 20 h 59, mercredi soir à Forum Fribourg, quand, entre la terrine de campagne et le plat de résistance, après le premier passage teinté d’humour de la jeune troupe du cirque Toamême aussi, Killian Mottet (31 ans) a appris la bonne nouvelle. Deux ans après la skieuse Noémie Kolly, élue en 2020 mais pour l’édition 2019, l’attaquant de Gottéron est le 51e lauréat du Mérite sportif fribourgeois. Une récompense qui couronne une saison 2020/21 laquelle, sur le plan individuel, a marqué un tournant dans la carrière de l’ailier international des Dragons.

Un vrai respect

Donné vainqueur par la commission du Mérite sportif comme par le vote du public, Killian Mottet s’impose avec 37,29% des voix. Il devance le vététiste singinois Yannick Baechler et le skieur-alpiniste de Charmey Rémy Bonnet, 3e comme en 2018. Pilier d’Elfic Fribourg, la basketteuse d’origine valaisanne Marielle Giroud termine au pied du podium, alors que le footballeur du club saoudien d’Al Ahly Ezgjan Alioski, qui n’a pas fait le déplacement, ferme la marche.

La smala Mottet a fait du bruit et n’a pas boudé son plaisir. Si «Kiki» n’est pas venu seul, il n’est pas venu les mains vides non plus, mais avec la crosse – cadeau de la tombola – qui a éliminé Lausanne en quart de finale des play-off de National League, il y a deux mois. Mieux: alors que tout le monde n’accorde pas la même valeur au Mérite sportif, qui a parfois pu accoucher de quelques surprises ou de candidatures improbables, le hockeyeur voue un vrai respect pour la manifestation.

«Mon papa est là chaque année pour l’Association fribourgeoise de hockey sur glace (dont Jean-Jacques Mottet est le chef technique, ndlr). Pour moi, c’est la première fois et cela me tenait à cœur de vivre cela un jour», explique Killian Mottet avant d’ajouter: «Déjà, quand on m’a annoncé que je comptais parmi les nominés, j’ai été fier mais aussi étonné: moi, vraiment? Jamais je n’avais participé à une telle soirée et j’ai donc essayé de faire un peu de «pub» sur les réseaux sociaux. J’en profite pour remercier les gens qui ont voté pour moi. Cela me touche profondément. Et puis, cela reste le Mérite sportif: c’est la première fois de ma vie que je remporte un prix individuel. Cela veut dire que j’ai travaillé dur, mais je sais aussi que je ne serais pas là sans mes coéquipiers.»

L’ailier gauche se veut d’autant plus reconnaissant que le dernier «camarade juché sur des lames» à avoir eu les honneurs du Mérite sportif fribourgeois n’est autre que Julien Sprunger, en 2012. «Un exemple.»

Une autre dimension

La popularité d’un homme pas plus que celle de la discipline qu’il exerce ne doit faire oublier ses accomplissements. Ecrire que Killian Mottet a changé de dimension en 2021 n’est pas exagéré. Auteur de 23 buts et 25 assists en saison régulière, record personnel, l’international suisse a, sur sa belle lancée, goûté à son premier championnat du monde. A Riga. L’exercice 2021/22 n’a pas été moins concluant. Le No 71 des Dragons n’a-t-il pas participé aux Jeux olympiques de Pékin, où il a trouvé le chemin des filets, avant de briller en play-off (10 points en 9 matches)? Le LHC ne dira pas le contraire. Quant à la crosse qui a qualifié Gottéron pour les demi-finales, elle a échoué dans les grosses paluches d’un ancien joueur de basket. C’est aussi cela, le Mérite sportif fribourgeois…

Pierre Salinas/La Liberté

Killian Mottet, Mérite sportif fribourgeois 2020-21